Notes d’étude – Deutéronome 6 1-9

Nous étudions Deutéronome 6:1-9 pour le dimanche 2 décembre. Ceci est le préambule de la récitation de la loi dans le Deutéronome, et comprend le texte du « Shema », ce qui est devenu la prière centrale du judaïsme, et que Jésus identifie comme le plus grand commandement dans Matthieu 22:36 et Marc 12:29-30. Voici mes très brèves notes sur ce texte :

CONTEXTE ET CONTEXTE: Le récit dans le Deutéronome est que Moïse s’adresse aux Israélites dans les plaines de Moab qui sont sur le point d’entrer en terre promise d’Israël. Ou, pourrait-on aussi dire, sur le point d’envahir Jéricho. Ces deux attentes apparaissent dans le texte et sont abordées à divers points. Dans le texte que nous traitons, l’accent est mis sur la vie future dans la terre plutôt que sur l’invasion.

Le contenu de cette partie de la Torah comprend un récit sur Moïse, la transition du leadership de Moïse à Josué, et enfin la mort de Moïse; et les discours prononcés par Moïse, qui incorporent une réaffirmation de la substance des obligations d’alliance – les commandements, les statuts et les jugements – qui doivent régir la vie du peuple d’Israël; et les promesses, les bénédictions, qui découlent de ce mode de vie, et les malédictions qui sont la conséquence de l’abandon de ce mode de vie. Cela en fait, en un sens, un résumé ou un examen de « la loi. »

Comme une séance de révision avant un examen final.

Le récit contemporain autour du Deutéronome est plus compliqué, car le Deutéronome semble représenter le développement des idées religieuses. C’est un texte postérieur ; il est écrit dans la voix du Deutéronomiste, qui a une voix distinctive, dont la voix est également entendue dans « l’histoire deutéronomiste » que nous avons dans Josué et les Juges et dans Samuel et les Rois, et dont la vision de la main de Dieu dans l’histoire est claire: la loyauté envers Dieu apporte bénédiction et récompense, la déloyauté envers Dieu apporte punition et punition.

Le commentaire de la Bible d’étude juive sur ce point est assez détaillé et très éclairant. Il vaudrait la peine de poursuivre en comparant Deutéronome 6-11 (sermon) et 12-26 (code juridique) à Exode 21-23 (« livre de l’alliance »). Leur lecture est que:

La reprise en mosaïque entière de la loi apparemment antérieure est donc plus sophistiquée qu’au début évidente, puisque la répétition entraîne ici une concurrence, alors que le Deutéronome cherche à déplacer le Livre de l’Alliance.

Il convient de rappeler que nous associons le deutéronomiste à la période qui suit l’exil. C’est la période de la rédemption de l’exil en Babylonie et du retour à la terre, mais avec une différence, car il n’y a pas de monarchie, Israël n’est pas totalement indépendant, le 2ème Temple n’est pas le Temple de Salomon we on pourrait appeler cela « circonstances réduites. »Ainsi, le deutéronomiste voit et dit: La loyauté envers Dieu aurait dû être tout; si cela avait été le cas, toute cette douleur et cette souffrance auraient été évitées; ce qui implique que, maintenant que nous avons une seconde chance, la loyauté envers Dieu doit vraiment être tout.

Peut-être parce que j’ai l’Avent en tête, ce statut textuel compliqué me semble significatif: voici un texte qui parle de quelque chose qui est sur le point de se produire et qui était sur le point de se produire dans le passé, se souvenant et racontant cet événement dans un lieu d’espoir renouvelé et d’attente pour quelque chose de plus, ou de nouveau, qui est toujours sur le point de se produire … restauration complète, rédemption complète, « ce que nous voulons vraiment voir », after après une longue période au cours de laquelle avoir un quelconque espoir semblait, peut-être, insensé, puis a été justifié. Pour que ces différents cas d’anticipation et d’attente se fassent écho et approfondissent la signification de ce qui est dit. Et puis, ce qui est également important pour nous, qui lisons dans le présent, qui regardons également en arrière les promesses remplies, mais qui attendons toujours avec impatience les promesses à réaliser Maybe Peut-être que c’est juste moi, mais c’est comme ça que je l’entends.

LECTURE PLUS PROCHE: Au verset 1, le verbe traduit « observer » est littéralement faire, un verbe hébreu très courant, ce qui rend l’idée que les gens doivent mettre ces ordres en pratique, agir sur eux – les faire, très simple.

Dans le pays que vous êtes sur le point d’entrer parle d’un mode de vie futur (et vraisemblablement durable) pour un nouvel endroit.

Comme je l’ai lu, l’accomplissement des commandements sera la preuve de la crainte de YHWH (verset 2). Cela serait cohérent avec d’autres utilisations de « craindre Dieu » dans les écritures hébraïques. Oui, ce verbe est vraiment « peur. »Nous nous souvenons peut-être qu’au 1er siècle de notre ère, les Gentils qui s’associaient aux synagogues et essayaient de garder les commandements étaient connus comme des craintifs de Dieu.

Toujours au verset 2, vos enfants et vos petits-enfants sont littéralement votre fils et votre petit-fils. Cela ne laisse pas vos filles et vos petites-filles hors de portée, bien que except sauf for pour certains commandements, cela pourrait. Nous aurions besoin de consulter les rabbins sur celui-ci.

Au verset 3, le verbe traduit « observez-les avec diligence » est toujours garder, une répétition du donjon au verset 2, qui peut aussi signifier « garde. »Continuez à les faire.

Beaucoup de rendus de l’hébreu au verset 4 sont possibles. NRSV et JPS ont tous deux « YHWH est notre Dieu, YHWH seul. » Qui souligne le besoin de loyauté envers ce Dieu. Il peut être traduit d’une manière qui souligne l’unité de Dieu. Ces deux idées sont présentes en même temps en hébreu, ce qui n’a pas besoin de faire un choix à ce sujet comme le fait l’anglais.

Au verset 5, nous pourrions vouloir lire l’amour comme plus comportemental qu’émotionnel – parce que, comme nous le disent nos psychothérapeutes, « vous ne pouvez pas « devoir » vos sentiments », il est donc difficile pour les personnes qui ont eu beaucoup de thérapie de comprendre pourquoi on nous commanderait d’avoir un sentiment d’affection pour Dieu. Mais d’un autre côté, nos émotions et notre volonté sont impliquées ici, parce que le commandement est d’aimer Dieu de « tout ton cœur », ce qui inclut ces choses. Alors, n’ayez pas – ou n’encouragez pas, ni ne faites plaisir – des désirs, des affections et des intentions incompatibles avec l’amour de Dieu.

Aussi toute votre âme, qui en hébreu n’est PAS une sorte de chose désincarnée et éthérée, mais est fermement située et « enflée » dans son corps, de sorte que nous pourrions vouloir la considérer comme « qui et ce que l’on est. »

Aussi toutes vos forces, ou  » toute votre force « , ou  » toute votre substance. »Le mot hébreu ici dans de nombreux contextes signifie quelque chose comme « grand, fort » ou « grandement, fortement » ou comme nous pourrions dire, « beaucoup, vraiment. »Comme dans, « tout dans » ou « laissez tout sur le terrain. »

Au verset 6, littéralement, « Et elles seront, ces paroles que je vous commande aujourd’hui, sur vos cœurs. »

Au verset 7, le mot traduit par « réciter » est littéralement à aiguiser – généralement expliqué comme une image d’aller encore et encore jusqu’à ce qu’il soit « inscrit. »Mais aussi – si nous pensons à ce que signifie aiguiser ou aiguiser un couteau – nous passons sur ce métal jusqu’à ce qu’il soit tranchant, capable de trancher à travers quelque chose, le rendant vraiment utile, ce qui pourrait aussi convenir.

Il y a beaucoup de commentaires sur les résultats rituels spécifiques des versets 7-9: prières du matin et du soir, la pratique d’utiliser des téfillines ou des phylactères et des châles de prière tzitzit ou à franges et des mezuzot ou des dispositifs spéciaux pour tenir le texte sacré attaché aux poteaux de porte de votre maison.

Mais plus généralement, les versets 7 à 9 semblent dire: passez beaucoup de temps avec ces mots; élevez-les avec vos enfants et vos amis, vos compagnons et vos collègues, tout le temps, où que vous soyez. Faites en sorte que vous les voyiez tout le temps, et tout le monde les voit sur vous, et vous vous rappelez, ainsi que tout le monde, d’eux et de votre connexion avec eux constamment – lorsque vous êtes sur le point d’être avec votre famille, ou que vous êtes sur le point d’être avec les autres, lorsque vous allez ou allez. Faites-en votre monde. Faites-en votre vie.

 Rouleau de la Torah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.