Exposition maternelle au DDT Liée à un risque accru d’autisme

Une étude publiée jeudi dans l’American Journal of Psychiatry a révélé que les mères exposées au pesticide interdit DDT étaient près d’un tiers plus susceptibles d’avoir des enfants autistes, a rapporté Environmental Health News.

L’étude, dirigée par la Mailman School of Public Health de l’Université Columbia avec la participation de chercheurs de l’Université de Turku et de l’Institut national de la Santé et du Bien-être en Finlande, a été la première à utiliser des biomarqueurs de l’exposition maternelle aux pesticides pour lier l’exposition aux pesticides à un risque accru d’autisme, selon les documents fournis à ScienceDaily par l’Université Columbia.

« Cela ajoute une autre pièce au puzzle en termes de facteurs de risque possibles de l’autisme », a déclaré à ABC News l’auteur principal et professeur au Centre médical de l’Université Columbia, le Dr Alan Brown. « Bien que nous ne puissions pas prouver qu’il s’agit d’une cause, nous travaillons à en apprendre davantage sur la façon dont de tels risques environnementaux peuvent altérer le développement du cerveau et éventuellement augmenter le risque d’autisme. »

L’autisme est un trouble qui affecte la capacité de communication et est associé à des mouvements et à des comportements répétitifs. L’incidence aux États-Unis est passée d’un enfant sur 150 en 2000 à environ un enfant sur 59 aujourd’hui, selon Environment Health News.

Dans l’étude de jeudi, les chercheurs ont examiné 778 cas d’autisme en Finlande entre 1987 et 2005 et ont jumelé les mères dans ces cas à un groupe témoin dont les enfants ne développaient pas d’autisme. Ils ont ensuite analysé des échantillons de sang maternel pour le DDE, un métabolite du DDT, et les biphényles polychlorés (PCB), un autre polluant dangereux, selon ScienceDaily.

Ils ont constaté que les mères présentant des niveaux élevés de DDE dans leur circulation sanguine étaient 32% plus susceptibles d’avoir un enfant autiste et plus de deux fois plus susceptibles d’avoir un enfant autiste et ayant une déficience intellectuelle, a rapporté ABC News. Ils n’ont trouvé aucun effet lié à des niveaux élevés de PCB dans le sang des mères.

Le DDT a été largement interdit il y a plus de 30 ans, mais sa décomposition prend tellement de temps que les gens peuvent encore y être exposés.

« Nous pensons à ces produits chimiques au passé, relégués à une époque révolue de toxines dangereuses du 20e siècle », a déclaré Brown, selon ScienceDaily. « Malheureusement, ils sont toujours présents dans l’environnement et dans notre sang et nos tissus. Chez les femmes enceintes, ils sont transmis au fœtus en développement. »

La professeure Kristen Lyall de l’Institut de l’autisme Drexel de l’Université de Drexel, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré à Environmental Health News que les gens sont le plus souvent exposés au DDT en mangeant des aliments contaminés, en particulier du poisson.

Les États-Unis La Food and Drug Administration (FDA) a déclaré à ABC News qu’elle était au courant des résultats.

« Nous sommes au courant de l’étude et examinerons attentivement ses résultats », ont-ils écrit dans un communiqué. « La Federal Drug Administration a des seuils d’intervention pour le DDT, et ce pesticide est inclus dans notre programme de surveillance. Le rapport le plus récent résume les résultats du programme de surveillance des pesticides de la FDA et montre que les niveaux de résidus chimiques de pesticides mesurés par la FDA dans l’approvisionnement alimentaire des États-Unis sont généralement conformes aux tolérances de pesticides de l’Environmental Protection Agency des États-Unis. »

Les chercheurs ne savent pas encore pourquoi l’exposition au DDT causerait l’autisme, mais ils ont deux hypothèses, a rapporté Environmental Health News.

Premièrement, l’exposition au DDT est liée à la naissance prématurée et aux bébés plus petits, deux facteurs de risque d’autisme.

Deuxièmement, l’exposition au DDT a un impact sur la capacité des androgènes, les organes sexuels masculins, à se lier aux récepteurs. C’est une étape importante dans le neurodéveloppement, selon ScienceDaily.

Cependant, l’étude doit être répétée pour être confirmée et ne prouve pas que l’exposition au DDT cause l’autisme.

Une étude réalisée en 2017 par Lyall évaluant également l’impact de l’exposition au DDT et aux PCB sur le risque d’autisme a donné des résultats opposés: l’exposition aux PCB augmentait le risque et l’exposition au DDT ne l’augmentait pas, a rapporté Environmental Health News.

L’étude de Lyall a été basée en Californie et a puisé dans une population plus petite.

« Cela nous parle de l’importance d’étudier différentes populations, puis de comprendre ce qui pourrait être différent au sujet de cette population pour nous en dire encore plus sur l’autisme », a déclaré Brown à Environmental Health News.

De Votre Site Articles
  • Crise des maladies D’Origine environnementale? Dommages causés par les pesticides à l’ADN… ›
Articles connexes Sur le Web
  • The DDT Story / Pesticide Action Network ›
  • Lien surprenant entre l’exposition d’une mère enceinte au DDT et… ›

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.