Actualités

11
Avr

 Vaughn Alexander Le 7 mars, Vaughn Alexander, autrefois prometteur, a été libéré du Centre correctionnel de Boonville, après avoir purgé 11 ans d’une peine de 18 ans pour, entre autres, un vol au premier degré.

Depuis lors, le frère aîné de l’ancien champion du monde des poids deux, Devon Alexander, s’acclimate à sa nouvelle vie civile.

« Je me suis préparé pendant 11 ans, ce fut donc une transition en douceur de mon séjour en prison tout ce temps à ici », a déclaré Alexander RingTV.com lundi dernier. « Je ne me suis jamais permis d’être mentalement en prison, j’ai toujours su que je reviendrais ici.

« Je suis juste resté concentré, ne me permettant plus de prendre le temps, ne me permettant pas de me laisser prendre dans la période de la vie en prison. J’ai eu des démêlés, je ne dis pas que tout mon temps en prison a été très propre. J’ai dû faire des choses là-dedans pour m’assurer de rentrer à la maison. Cependant, en faisant cela, cela a permis aux choses de travailler en ma faveur. »

Le maintenant âgé de 30 ans avait une fiche de 5-0 (4 k.-o.) au moment de son incarcération en 2005. Il a été promu par Don King et a eu plusieurs occasions de se battre sur de grosses cartes.

Il a fait ses débuts sous la carte de son coéquipier Corey Spinks lors de la première défense de ses titres unifiés des poids welters contre Zab Judah à Las Vegas. Il est également apparu sur l’undercard de Roy Jones – AntonioTarver II, Spinks – Miguel Angel Gonzalez et Felix Trinidad – Ricardo Mayorga au Madison Square Garden.

Il a pleinement l’intention de boxer à nouveau et dit qu’il fera campagne en tant que poids moyen.

Il s’entraîne déjà au gymnase privé de boxe St. Charles avec son frère et entraîneur de longue date Kevin Cunningham.

« J’étais à 175 livres (en prison), je suis à 160 maintenant », a-t-il déclaré. « Le poids n’est pas un problème, la puissance n’est pas un problème– ma force n’est pas un problème – je travaille juste. Je travaille sur les choses sur lesquelles je dois travailler pour ce qui est à venir. Tout le reste est de l’histoire, c’est juste moi qui me concentre sur tout ce que je dois faire dans ce gymnase pour que je puisse me montrer quand je suis sur ce ring.

« Mes plans sont de prendre le relais, d’être champion du monde, de me solidifier en tant que non pas l’un des meilleurs mais le meilleur de la division des poids moyens. C’est mon objectif et je l’obtiendrai. »

Il reste tôt, mais Alexander est clairement en train de craquer pour revenir. Il ne sait pas s’il sera avec Al Haymon, comme son frère.

« Je ne peux pas en parler pour le moment, mais nous verrons », a-t-il déclaré. « J’ai hâte que ÔǪ je cherche ça bientôt. J’attends qu’ils me donnent le OK. Je suis déjà au gymnase, je suis déjà en super forme, dans quelques mois (je vais me battre).

 » J’ai toujours eu faim depuis que j’ai commencé à boxer. Mon éthique de travail, me battre au gymnase n’a jamais été un problème. Ma faim est inégalée, je ne peux même pas décrire à quel point j’ai faim. La seule chose que j’ai à faire est de montrer à quel point j’ai faim sur ce ring et je le ferai. Ils verront à quel point j’ai faim. »
Il soutient qu’il a mûri et qu’il ne retournera pas à la vie de rue.

« Non, je vais bien, j’ai un fils de 11 ans — qui est né pendant que j’étais en prison – à prendre en charge, j’ai une mère, des sœurs et des frères auxquels penser », a-t-il déclaré. « Les rues sont la chose la plus éloignée de mon esprit, les rues ne vont pas me payer, les rues ne vont rien faire d’autre que de me renvoyer en prison ou de finir mort.

« Mon objectif est de me solidifier à nouveau dans ce monde de la boxe et de revenir au sommet et d’arriver là où je dois me rendre. Le seul niveau que je veux atteindre est le niveau de Floyd (Mayweather), il n’y a pas d’autre niveau. C’est le niveau que j’essaie d’atteindre. »

Il a l’intention de se justifier et de rendre sa famille et sa ville natale de Saint-Louis fiers de lui.

« Bien sûr, ma maman, elle m’a élevé pour être le meilleur que je pouvais être », a-t-il déclaré. « Je me rachèterai. Il n’y a pas de pression sur moi parce que je suis capable mentalement et je suis capable spirituellement.

« Je suis juste prêt à aller travailler, je suis prêt à montrer ce dont j’ai envie et je vais montrer que je suis le meilleur, pas l’un des meilleurs. C’est la différence que les gens d’ÔǪ sont pris dans le fait d’être l’un des meilleurs — je veux être le meilleur, point final. »

Il espère transmettre certaines de ses expériences et de sa sagesse à Adrien Broner, qui a récemment été impliqué dans ses propres ennuis judiciaires, mais ne voulait pas être trop dur avec son ami.

 » Je le connais depuis longtemps, des amateurs, je le regarde comme un petit frère « , a-t-il expliqué. « Les gens font les choses sur l’impulsion du moment et les gens vous condamnent à faire ces choses. Je suis sûr qu’il verra la situation dans son ensemble. Il va éventuellement – s’il ne le fait pas maintenant – voir la vue d’ensemble à laquelle il s’agit de se préparer, lui et sa famille, lorsqu’il prendra sa retraite. Il apprendra à son époque et il le comprendra, cela lui indiquera ce qui est le plus important ÔǪ et ce qui est important, c’est sa famille. »

Cunningham connaît Alexander depuis l’âge de 8 ans et souhaite donner une seconde chance à son combattant.

« Il a fait une erreur à l’âge de 18 ans, il a payé sa dette envers la société et je pense que tout le monde mérite une seconde chance », a déclaré un Cunningham passionné. « Il a très bien conservé son corps, il a l’air très affûté et je pense qu’il va faire du bruit dans la division des poids moyens. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.